Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2015 fois

Cisjordanie occupée -

Dernière minute 16h : Majd Barbar a quitté le poste de police et est rentré chez lui.
Israël ré-arrête un prisonnier palestinien le lendemain de sa libération (vidéos)

Par

Les autorités d'occupation israéliennes ont de nouveau arrêté hier le prisonnier palestinien Majd Barbar, un jour après sa libération.

Majd Barbar, du quartier Ras al-Amoud de Jérusalem-Est, a été arrêté le 30 mars 2001 pour son rôle dans la résistance contre l'occupation israélienne et condamné à 20 ans de prison.

Barbar a été libéré lundi après avoir purgé sa peine de 20 ans de prison dans les prisons israéliennes.

Dernière minute 16h : Majd Barbar a quitté le poste de police et est rentré chez lui.
Israël ré-arrête un prisonnier palestinien le lendemain de sa libération (vidéos)

Vidéo de Majd Barbar au moment où il quitte le poste de police
_________


Vidéo de la libération de Majd Barbar


Cependant, l'occupation israélienne l'a de nouveau arrêté, le lendemain de sa libération, après avoir fait une descente chez lui hier soir alors que sa famille célébrait sa libération.

Vidéo de sa ré-arrestation par les forces d'occupation


Il convient de mentionner que l'occupation avait également transféré Majd au centre de détention Russian Compound à Jérusalem Ouest pour interrogatoire, quelques jours avant sa libération de lundi, et convoqué son frère, Izzeddin, pour interrogatoire.

Majd avait deux enfants lorsqu'il a été arrêté, l'un d'eux, une fille nommée Zeina, n'avait que 15 jours à l'époque.

Les autorités d'occupation israéliennes ré-arrêtent souvent les prisonniers palestiniens libérés de Jérusalem-Est et les détiennent pendant quelques jours pour empêcher leurs familles, leurs amis et leurs voisins de célébrer leur libération et pour perturber leur retour au pays.

La police interdit également aux familles d'organiser des célébrations.


Note ISM-France : Israël n'a pas le privilège des exigences indécentes vis-à-vis des familles des prisonniers libérés. La même demande a été transmise à la famille de Georges Ibrahim Abdallah par les autorités françaises lors de sa possible libération en janvier 2013. Il lui était demandé de n'organiser aucune fête ni manifestation pour fêter son retour.



Source : Quds News Network

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Quds News Network