Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1827 fois

Naplouse -

Des pierres et des tirs à Kufr Qallil : pourtant la cueillette des olives continue

Par

Le samedi 30 septembre, Omar Suleiman de Kufr Qallil arpentait son terrain de 10 dunums d'oliviers, en grimpant de temps en temps dans l'un de ses arbres pour inspecter les grappes de fruits les plus hautes. Il secouait la tête en montrant ici et là les branches vides.
Nichée sur une pente entre la colonie de Berakhya et le checkpoint et la base militaire de Huwarra, son oliveraie est fréquemment envahie par les colons israéliens.

Des pierres et des tirs à Kufr Qallil : pourtant la cueillette des olives continue


Madame Suleiman et son fils lors de la cueillette des olives

Ils frappent les arbres pour faire tomber les olives les plus mûres et les voler, et ils sabotent également la récolte de plusieurs autres façons.

Il y a environ deux mois, ils ont mis le feu à une grande parcelle de terrain de 16 dunums située sous l'oliveraie. La famille Haj Suleiman doit maintenant gravir une pente de terre brûlée et désolée afin d'acééder à sa terre - un bien vilain rappel de la menace que les colons israéliens de Berakhya représentent pour leurs voisins palestiniens.

Il y a deux ans, la famille a été attaquée par un groupe de colons israéliens armés de mitrailleuses.
Haj Suleiman porte des cicatrices au menton et au cuir chevelu après avoir reçu de grosses pierres lor d'un accès de violence des colons sans aucune provocation de sa part.

Quand il a essayé de se défendre en retenant physiquement ses assaillants, les soldats israéliens ont exercé des représailles en le forçant lui et sa famille à sortir de chez eux à deux heures du matin pendant cinq nuits de suite, en menaçant les membres de sa famille par la violence et cassant des meubles au hasard.

La famille a maintenant peur d'aller cueillir ses olives sur le terrain situé juste à côté de la colonie.

Après être restée tranquille et docile pendant quelques années, la famille en a maintenant assez, et elle a donc décidé de demander cette année un accompagnement d'internationaux et d'israéliens.

Les trois premiers jours de la cueillette à Kufr Qallil ont été relativement tranquilles, sauf un incident de vol sur le terrain situé au sud de la route qui va vers la colonie de Berakhya.

Les colons israéliens passaient la veille de Yom Kippur à se baigner dans une source sainte de la montagne à côté de la route et certains d'entre eux avaient également apporté des sacs pour les remplir de figues et de grenades palestiniennes.

Le quatrième jour de la cueillette, une jeep blindée pleine de soldats est arrivée sur les lieux, en hurlant et en faisant signe aux cueilleurs d'olives de cesser leur travail. Ils ont dit au groupe - Haj Suleiman, sa famille et des volontaires de l'IWPS et de l'ISM – de ramasser leurs affaires et de partir parce qu'ils n'avaient pas obtenu la permission du DCO (Bureau de Coordination du District) et donc qu'ils ne devaient pas travailler sur le terrain ce jour-là.

Bien qu'ils aient expliqué que cet ordre était illégal et qu'ils aient demandé aux soldats de consulter leurs supérieurs et le DCO avant de les expulser du terrain, les soldats ont insisté de façon menaçante pour les escorter jusqu'au village.


Ayant peur des représailles, la famille ne souhaitait pas résister directement à l'ordre mais après des heures d'appels téléphoniques au Comité International de la Croix Rouge et à divers niveaux de commandement du DCO, nous avons été certains que l'ordre donné par les soldats était contraire à la loi israélienne et à la politique de l'armée, à la lumière des récent développements juridiques.

Le 26 juin 2006, la Cour Suprême israélienne a formulé une décision en réponse à une pétition concernant les droits des fermiers palestiniens, vivant en Cisjordanie , concernant l'accès à leur terre (H.C.J. 9593/04 Rashad Morar contre le Commandant de l'IDF en Judée et Samarie).

En bref, la décision de cour signifie que les fermiers palestiniens ont le droit d'aller travailler sur leurs terres, avec ou sans la permission du DCO, et que le commandant de l'armée dans la région doit défendre ce droit.

Par le passé, les soldats israéliens ont souvent opté pour tenter d'étouffer la violence des colons israéliens en déclarant le terrain :"Zone Militaire Fermée".
Ils justifiaient cette décision en disant que la loi avait pour but de protéger les résidants palestiniens, mais qu'en réalité ils leur épargnaient toute véritable confrontation avec les colons israéliens.

La décision de la Cour stipule que cela n'est plus autorisé et que la fermeture territoriale est sujette à un certain nombre de strictes conditions préalables.

Cette décision est cruciale pour de nombreux fermiers palestiniens parce qu'elle leur fournit une arme juridique dans leur lutte de leurs droits à leur terre.

En dehors des terres situées en "Zone Rouge", qui ne sont pas sujettes à un tel changement rapide de statut en tant que "Zones Militaires Fermées", et qui peuvent être contrôlées sur les cartes de l'armée, tous les fermiers devraient, en théorie, être libres d'aller sur leurs terres et protégés lorsqu'ils travaillent leurs terres et qu'ils cueillent leurs olives cette saison.

Pourtant, les événements de mardi, illustrent clairement comment cette nouvelle politique n'est pas appliquée sur le tarrain par les soldats, soit en raison d'une mauvaise information soit par méchanceté.

Il semble que les hauts gradés de l'armée israélienne qui sont plus au courant des lois soient peu disposés à informer les soldats sur le terrain des changements. Il faut donc que les fermiers ou les volontaires connaissent la loi pour pouvoir argumenter.

Nous avons pu constater cela hier quand le DCO a essayé de dissuader Haj Suleiman de cueillir ses olives le jour où il le voulait et qu'il lui a suggéré une date ultérieure qui leur convenait mieux.

Margré tout, la famille a continué sa cueillette, aidée par un nombre croissant de volontaires internationaux et israéliens, les derniers étant les Rabbins pour les Droits de l'Homme et d'autres organisations luttant contre l'occupation.

Les soldats israéliens étaient également présents, bien que cette fois, en tant que protection contre les colons israéliens.

En dépit des manipulations et des mensonges de l'armée israélienne et du DCO, la cueillette se poursuit.

Nous invitons tous les internationaux à faire l'impossible pour venir en Palestine en solidarité avec les fermiers dont l'accès à leurs terres en tout sécurité et sans conditions leur a été refusé. La cueillette des olives est une façon de résister.


NOTES :

Dans la nuit de mercredi, des nouvelles violences ont survenu dans le village de Kufr Qallil, quand Nasir Hasan Mansur, 40 ans, a été touché par un tir de l'armée israélienne.
Mansur était assis devant sa maison quand les soldats ont tiré depuis le nord du checkpoint de Beit Ur, le touchant au pied gauche.


Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Cueillette des olives

Même auteur

ISM

Même date

7 octobre 2006