Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3513 fois

Nabi Saleh -

Grenades à haute vélocité et eau pourrie contre la manifestation de Nabi Saleh

Par

Le vendredi 19 novembre, la manifestation hebdomadaire de Nabi Saleh a à nouveau été violemment réprimée par l’armée israélienne. Un jeune du village a dû être opéré pour fixer un implant au platine sur sa jambe, dont l’os a été écrasé par l’impact d’un projectile lacrymogène à haute vélocité. Les manifestants ont été bloqués dans leur tentative d’atteindre la source du village, près de la colonie illégale Halamish, par des attaques massives de gaz lacrymogènes.

Grenades à haute vélocité et eau pourrie contre la manifestation de Nabi Saleh


Toute la journée, l’armée israélienne et la police des frontières ont tiré des grenades lacrymogènes et des balles caoutchouc-acier en direction des manifestants, quelquefois directement sur eux.

11 d’entre eux ont été blessés, la plupart par balles et grenades lacrymogènes, et 4 ont dû être hospitalisés. Un villageois a été blessé à la jambe par une balle. Un activiste international a été coupé au visage par le rebond d’une balle tirée contre un mur. Plusieurs personnes ont été asphyxiées par les gaz.

Les soldats de l’occupation ont fait usage de grenades lacrymogènes à haute vélocité, qui sont illégales.

Photo

Contrairement aux grenades lacrymogènes habituelles, elles peuvent traverser des murs, parcourir de longues distances sans un bruit, n’émettent pas de panache de fumée et ont une hélice qui accélère leur trajectoire dans l’air. Elles sont donc très difficiles à détecter et beaucoup plus dangereuses que les grenades lacrymogènes « normales ». Des manifestants ont été par le passé grièvement blessés par ce type d’armes. En avril 2009, une d’entre elles a tué Bassem Abu Rahma lors d’une manifestation hebdomadaire à Ni’lin. En mars 2009, l’activiste américain Tristan Anderson a été touché à la tête par une de ces grenades ; il a subi de graves lésions cérébrales et il est maintenant handicapé.

Au début de l’après-midi, une jeep militaire est entrée dans le village et a aspergé d’eau pourrie les maisons et les manifestants. L’eau croupie est considérée comme une arme culturelle et elle est donc condamnée par la communauté internationale. Elle est constituée de différents produits chimiques non identifiés et puants et l’odeur épouvantable dure des semaines et il est presque impossible de s’en débarrasser.

Plus tard dans la journée, une grenade lacrymogène a brisé la fenêtre d’une maison, la remplissant de gaz.

Photo

De plus, une voiture a été endommagée par les balles.

Comme les semaines précédentes, l’armée israélienne a bloqué toutes les routes menant au village dès le matin pour empêcher les activistes internationaux et israéliens de participer à la protestation. En solidarité, les manifestants du village ont attendu l’arrivée de ceux qui ont dû marcher pendant plus d’une heure pour rejoindre le village.

La manifestation a duré jusqu’au coucher du soleil, lorsque l’armée a finalement quitté le village.

Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Nabi Saleh

Même sujet

Résistances

Même auteur

ISM

Même date

21 novembre 2010