Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2195 fois

Bethléem -

Kidnappé, libéré… la destruction continue

Par

J’ai été remis en liberté après l’enquête avec seulement de légères contusions, des menaces et des avertissements. Par contre, Shy et Yotam, les deux autres activistes israéliens, ont été présentés au juge sous de fausses accusations et ont reçu l’ordre de ne pas s’approcher du mur pendant 30 jours (la dernière fois, pour moi, c’était 15 jours) avec de lourdes amendes au cas où ils ne respectaient pas cette injonction. J’ai été honoré de partager quelques heures avec eux en détention. Les deux derniers jours n’ont pas été faciles (cf. les vidéos ci-dessous).

Hier (jeudi 8 juin), nous avons assisté à la destruction du terrain d’Al Walaja. Abu Nidal a regardé les colons israéliens déraciner les oliviers que sa famille avait plantés il y a des dizaines d’années, ainsi que des oliviers que des Européens lui avaient donné 8 ans plus tôt. Après ce ravage, les activistes étaient déterminés à agir et ce matin certain d’entre eux se sont enchainés à un bulldozer. La police des frontières est bien connue pour être particulièrement dure et impitoyable.

Dans notre cas, ça s’est compliqué par la décision de l’armée israélienne de poster une unité dirigée par un officier druze nommé Asa’ad et composée de soldats ashkénazes, et druzes et, pour la forme d’un soldat noir. Un des soldats ashkénaze était particulièrement agressif. Les soldats druzes donnaient l’impression de ne pas être à leur place ici. Quelques soldats nous ont confié qu’ils étaient simplement obligés de faire leur service militaire. Par contre le capitaine Asa’ad était clairement aux commandes et prenait de l’intérêt dans cette mission. Il était très occupé à donner des ordres à ses soldats, comme de nous bousculer, de ne pas nous parler et de nous arrêter. Après que Yotam ait été arrêté pour s’être enchaîné au bulldozer, on a été repoussé en haut de la colline vers la route goudronnée du village, après le vieux figuier qui a été détruit et sous lequel Zakahriya avait l’habitude de s’asseoir depuis des décennies. On a fait un sit-in sur le bord de la route pendant plus d’une heure.

Vers la fin, il était clair que le commandant avait une dent contre nous. A deux reprises, lorsque j’essayais de lui parler à lui ou à ses soldats, il est venu me dire que j’allais être arrêté. Alors que nous avions fini notre sit-in et que nous partions, le commandant m’a appelé, a pris ma carte d’identité et m’a déclaré que j’étais en état d’arrestation. Alors que les soldats m’emmenaient, les autres activistes se sont précipités pour parler aux soldats et au commandant.

Cela ne m’a donc pas surpris de voir qu’ils arrêtaient Shy, bien que celui-ci ne fasse rien d’autre que de parler aux soldats d’occupation à propos des raisons de ma détention. J’ai été relâché quatre heures plus tard sans aucune charge contre moi mais avec un sérieux avertissement et des menaces de la part d’Asa’ad comme quoi, il m’enchainerait, il me blesserait et pire encore si jamais il me revoyait encore une fois près du mur.

Shy et Yotam ont reçu une condamnation avec sursis, mais ils n’ont plus le droit de s’approcher du mur pendant 30 jours. Si vous connaissez des druzes, je vous exhorte à leur écrire. C’est une honte qu’ils servent dans l’armée d’occupation. Mais c’est aussi une honte pour n’importe quel être humain de servir dans une armée de colonisation brutale et sadique.

Une vidéo bouleversante du ravage du jeudi 8 juin.



Les actions et les arrestations du mercredi 9 juin.



Et ici le rapport d’un observateur palestinien avec de très bonnes photos.

Cette destruction a lieu alors que l’administration américaine soudoie Mahmoud Abbas avec des millions de dollars d’aide pour construire des routes, des bâtiments gouvernementaux, et pour que les forces de sécurité s’assurent qu’il n’y a aucune manifestation contre l’occupation.

Israël fait tout ceci alors que les Etats-Unis le protègent du droit international et lui envoient de plus en plus d’armes, enfreignant ainsi le droit américain (qui impose que les armes ne peuvent être utilisées pour violer les droits de l’homme).

Mazin Qumsiyeh, PhD

Pas de greffon vidéo disponible...

Source : A Bedouin in cyberspace, a villager at home

Traduction : Léo pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bethléem

Même sujet

Résistances

Même auteur

Mazin Qumsiyeh

Même date

11 juin 2010