Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2629 fois

Jérusalem -

Reportage sur l'action de Beit Surik

Par

> palsolidarity@yahoogroups.com

Les membres du Palestinian Medical Relief Committee ont distribué des cotons avec de l'alcool aux manifestants pour qu'ils se protègent contre le gaz lacrymogène que les soldats se préparaient à tirer pour les disperser.
Cependant, il semble que la présence des médias israéliens et internationaux a empêché les soldats d'utiliser la force contre la manifestation non-violente et pacifique.

Participant à une manifestation dans le village cisjordanien de Beit Surik, 60 villageois palestiniens ont accompagné des activistes israéliens et internationaux ont marché du village jusqu'au un chantier de construction du mur d'Annexion près de la colonie illégale israélienne de Har Adar.

Des hommes et des femmes de tous âges de Beit Surik et des villages environnants se sont réunis sur la terre destinée à la destruction.

Etaient présents aussi, Mustafa Barghouti, le leader du parti "Mubadara", et des ministres du gouvernement palestinien Hatem Abdel Kader du Conseil Législatif et Ahmed Majdalani, le Ministre d'Etat.

La police des frontières israélienne, montée sur des chevaux, et des soldats israéliens à pied ont cerné ma manifestation dans un secteur où les bulldozers des entrepreneurs israéliens avaient commencé à déraciner les oliviers au début de la semaine.

Aucun ordre de confiscation ou aucune carte n'ont été présentés aux responsables du village au sujet de la terre à Beit Surik où la manifestation a eu lieu aujourd'hui.

Une cour suprême israélienne a déclaré précédemment que la construction du mur était interdite dans ce secteur.

La manifestation a empêché avec succès la construction de mur dans le secteur proche au moins pour la journée.

Les hommes du village ont fait leurs prières de l'après-midi sur la terre.

Les protestaires ont alors tenu à faire un sit-in sur la terre récemment rasée parmi les oliviers déracinés et mutilés. Pendant leur sit-in, les manifestants ont observé les sinistres progrès des bulldozers qui détruisaient des plantations dans plusieurs autres secteurs de Beit Surik : des raisins, des noix, des oliviers, et des citrons.

Vers 13h, le commandant militaire a déclaré le secteur : "Zone Militaire Fermée" et a ordonné aux manifestants de reculer de 30 mètres en direction du village. Les femmes et les hommes du village ont reculé à une certaine distance pour entrer dans l'oliveraie, ils se sont encore assis et sont restés là.

Les membres du Palestinian Medical Relief Committee ont distribué des cotons avec de l'alcool aux manifestants pour qu'ils se protègent contre le gaz lacrymogène que les soldats se préparaient à tirer pour les disperser.

Cependant, il semble que la présence des médias israéliens et internationaux a empêché les soldats d'utiliser la force contre la manifestation non-violente et pacifique.


Lorsque la manifestation fut terminée, les villageois ont reçu des informations en provenance du village que les "mista'avim", des agents secrets israéliens habillés en Palestiniens, étaient entrés dans Beit Surik et avaient enlevé trois garçons, deux jeunes de 15 ans, Issa Salah Kandil, Basem Yasser Alshriq, et un jeune de 17 ans, Talit Raddad qui est handicapé mental et souffre du syndrome de Williams.

Talit a été libéré contre une caution de 3.000 shekels plusieurs heures plus tard mais la détention des deux garçons a été prolongée pour quatre autres jours.

Aujourd'hui, le 6 juin, d'importantes forces de l'armée et de police ont fermé la zone et ont empêché les manifestants d'y accéder alors que les destructions continuent.


Demain le 7 juin à 10h, le maire de Beit Surik decra se présenter devant le tribunal militaire dans la base militaire d'Ofer. Il est accusé d'agression sur un officier de la police des frontières.

Les témoins prétendent que quand les villageois se sont réunis sur leur terre afin d'essayer de la protéger et de l'empêcher d'être nivelée par les bulldozers israéliens, le maire Kandil s'est approché des soldats israéliens pour calmer la situation.

Les soldats ont répondu en l'arrêtant.


Pour voir les photos de la manifestation :

Photo n° 1

Photo n° 2

Photo n° 3

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Résistances

Même auteur

ISM

Même date

6 juin 2005