Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2895 fois

Tulkarem -

Tulkarem lutte contre le mur, les colonies et les usines chimiques israéliennes

Par

Le secteur Tulkarem couvre la ville de Tulkarem et 31 villages. Sur le secteur, vivent environ 180.000 palestiniens. Environ 45.000 dans la ville elle-même, 18.000 dans le camp de réfugiés le plus grand et 8.000 dans le plus petit.
Tulkarem n'est qu'à 13 kms de la Mer Méditerranée, à côté de la ville israélienne de Netanya, mais depuis 1990, les habitants n'ont plus accès à la plage.

Tulkarem lutte contre le mur, les colonies et les usines chimiques israéliennes


Photo ISM : Une usine chimique aux abords de Tulkarem

Les gens de la région souffrent de divers problèmes qui sont les conséquences directes de l'occupation.
Le problème principal vient de la présence du mur illégal d'apartheid.

42 kms de mur ont été construits autour de la zone ; les résidents gardent l'accès à 48.000 arbres du village, et les 180.0000 autres leur sont inaccessibles, de l'autre côté du mur. Les gens ont l'impression que le mur touche chaque élément de leurs vies.

Un exemple en est le village de Baqa.

Baqa a été divisé en deux en 1948 : Baqa Ouest en Israël et Baqa Est en Cisjordanie . Des familles et des amis ont été brutalement séparés les uns des autres, et n'ont pu renouer les relations qu'après qu'Israël ait pris le contrôle total des deux territoires en 1967.

Lorsque quelqu'un de Baqa Ouest, détenteur de papiers d'identité israéliens, se marie avec quelqu'un de Baqa Est, et qu'ils ont des enfants, ces enfants ont eux aussi une carte d'identité israélienne et peuvent fréquenter les écoles israéliennes. C'est ainsi que 121 étudiants de Baqa Est allaient à l'école à Baqa Ouest.

Des relations et des vies se sont créées, mais en 2003, le mur a séparé les deux parties du village qui étaient reliées auparavant par une rue de 3m de large.

Les enfants qui, avant la construction du mur, mettaient 5 minutes pour aller à l'école, doivent maintenant faire 13kms par le nord ou le sud pour passer le checkpoint, et ensuite encore 13kms du côté israélien pour aller à l'école.

Après une période d'un peu moins d'un an au cours de laquelle ils ont supporté ces obstacles, les enfants ont quitté leur école et ont commencé à suivre les cours dans l'école locale palestinienne. Ceci a brisé des amitiés et des liens sociaux et, de plus, a obligé les étudiants à s'adapter à un nouveau système scolaire.

Les enseignants, qui pouvaient auparavant se déplacer librement de Basa Est à Baqa Ouest, attendent maintenant des heures aux checkpoints pour pouvoir passer, rendant leur trajet pour aller travailler encore plus difficile et compromettant la sécurité d'emploi car ils sont souvent retardés et arrivent en retard.


Qaffin est un autre exemple des conséquences de l'occupation.

Avant 1948, le village de Qaffin possédait 30.000 dunums* de terre. Après la Nakba, 20.000 dunums ont été confisqués par Israël.
Sur les 10.000 dunums laissés au village, Israël a pris 5.500 dunums pour le mur et 500 pour la colonie Hermesh.

En conséquence, il ne reste que 4.000 dunums aux 11.000 habitants de Qaffin pour bâtir leurs maisons, construire leurs routes et cultiver leurs terres. Avec l'augmentation de la population, la situation va être aggravée dans les prochaines années.

A Nazlat’Isa, il y avait un grand marché, avec 221 boutiques, mais 25 bulldozers et une centaines de soldats israéliens sont arrivés et l'ont démoli.

De plus, les villageois ont l'interdiction d'utiliser leurs véhicules et d'accéder à leurs terres. 203 Palestiniens ont des terres de l'autre côté du mur. Leur accès est limité et ils n'ont pas le droit de se servir de véhicules.
En conséquence, ils doivent transporter leurs produits à la main, dans des paniers, et attendre le passage du checkpoint avant d'être en mesure d'aller à leurs marchés.

Les restrictions de travail sur les terres qui leur appartiennent légitimement signifient que les fruits et les légumes ne sont pas ramassés ni emmenés au marché, et les fruits pourrissent sur les arbres, à cause de la totale incapacité à s'occuper correctement des terres.

L'impact économique sur les Palestiniens locaux est très sévère, et ils sont de plus en plus pauvres. De même, c'est toute la viabilité économique de la région qui est menacée.

A l'intérieur du village, le mur a également détruit les liens sociaux et la communauté, puisque 6 maisons, dans lesquelles vivent 63 Palestiniens, ont été séparées par le mur d'apartheid ; ils ne peuvent plus recevoir leurs familles et amis et ont un accès restreint à la Cisjordanie .


Les checkpoints sont un autre problème majeur.

Il y a deux checkpoints permanents : Jawara et Anabta, qui empêchent une circulation fluide entre Ramallah et Naplouse et ce secteur.

Il y a également de nombreux checkpoints volants, car le triangle formé par Jénine, Tulkarem et Naplouse est considéré par les forces israéliennes comme point de sécurité très important, à cause du puissant mouvement de résistance dans la région.

Les checkpoints obligent les gens à attendre dans leurs véhicules, sous le soleil, quelquefois pendant trois ou quatre heures, peu importe qu'ils aient des enfants petits, des personnes âgées ou des bébés dans les voitures. Même les malades ou les ambulances sont obligés d'attendre, quelquefois longtemps.

Beaucoup de Palestiniens sans papiers d'identité ou qui sont sur liste noire, souvent pour avoir des amis ou des gens de la famille au Hamas, ne peuvent pas sortir de Tulkarem parce qu'ils pourraient être arrêtés aux checkpoints.

Il y a trois colonies israéliennes illégales sur le secteur de Tulkarem : Hermesh (près de Qaffin), Enav et Avne Hefez, près de Shufa.

Souvent les colons brûlent ou coupent les oliviers palestiniens, bloquent les routes et sont agressifs avec la population locale. Les colonies illégales sont construites sur des terres volées aux Palestiniens.

De nouveaux murs et grilles, à l'intérieur des territoires palestiniens, volent la terre et, par exemple à Shufa, les habitants ont l'interdiction d'utiliser leur propre route, qui relie Shufa à Tulkarem.

Le trajet, qui prendrait normalement 5 minutes, les force maintenant à faire un long détour pour se rendre dans un des centres commerciaux du secteur.

Les soldats israéliens ont l'habitude de harceler la population en entrant dans la ville et en encerclant les villages de jour comme de nuit, utilisant quelquefois les cités et villages comme camps d'entraînement, entrant avec leurs lourds véhicules, lançant des bombes assourdissantes, tirant et effrayant les gens, en particulier les enfants qui font souvent des cauchemars.

D'autres fois, l'armée envoie des agents secrets, en tenues civiles, pour arrêter ou tuer quelqu'un.
Les soldats israéliens ont même ciblé des enfants de 14 et 15 ans.

Beaucoup d'entre eux sont aujourd'hui encore dans les prisons israéliennes, avec leur liberté et leurs droits humains niés, et leurs familles ont d'énormes difficultés pour leur rendre visite.

Lorsque les soldats viennent prendre quelqu'un, ils ne se contentent pas d'emmener la personne ; ils entrent dans les maisons, détruisent le contenu et les affaires de la famille, et la plupart du temps, ils font de même chez les voisins.

Les forces israéliennes sont également entrées et ont démoli arbitrairement les maisons qui se trouvaient être proches du mur d'apartheid. Il y a 3 mois, à Far'un, 10 maisons qui étaient à plus de 100m du mur ont été démolies.

Il faut noter que ces propriétés n'ont pas été construites près de la grille mais plutôt que lorsqu'Israël a construit cette monstruosité, il l'a bâtie sur les terres palestiniennes et près des maisons.

Des mesures "de sécurité" draconiennes sont souvent prises et, il y a 5 mois, une fille de 13 ans qui marchait avec une amie près de leur village et près du mur ont été toutes les deux visées par des tireurs israéliens.
Une des filles est morte et l'autre a été blessée. Il est impossible de concevoir comment une gamine de 13 ans peut être une menace à la sécurité, en particulier lorsqu'un mur électrifié la sépare de la Palestine 48.


Près de la ville de Tulkarem elle-même se trouvent 10 usines israéliennes.

Ces usines ont reçu l'interdiction de continuer à fonctionner en Israël à cause des problèmes de santé et d'environnement qu'elles causaient à la population israélienne.

En conséquence, elles ont été déménagées en Palestine occupée dans les années 1984. Les autorités israéliennes, en dépit de leur responsabilité dans ce déplacement, ont déclaré qu'elles ne pouvaient plus rien faire pour ces usines puisqu'elles n'étaient plus sur le territoire israélien.

Cependant, les soldats israéliens en assurent toujours la protection et rien n'a été fait contre elle, même lorsque des Israéliens ont porté plainte, depuis les villages israéliens de l'autre côté du mur.

Le vent souffle habituellement d'Ouest en Est, ainsi que la pollution, les gaz, la poussière et la fumée expulsés des usines, tout va en direction de la Palestine et passe au-dessus de Tulkarem.

Les usines contaminent l'eau et la terre de substances nocives, et bien qu'elles lui appartiennent, Israël s'en lave les mains et déclare que c'est aux Palestiniens de s'en occuper.

Des échantillons d'eau et de terre ont été pris, mais les tribunaux israéliens ne font rien contre ceci.

La pollution a un impact direct sur la communauté locale. L'asthme augmente à un taux alarmant parmi les enfants de Tulkarem et l'incidence du cancer est la plus élevée dans tous les territoires occupés.

Israël choisit quand et comment il veut exercer son pouvoir.

Il contrôle et monopolise 75% de l'eau en provenance des puits de la région, la volant pour le bénéfice des colonies illégales environnantes et pour les habitants du côté israélien du mur.

Pour aggraver encore ces restrictions et ces obstacles, depuis 1967, les Palestiniens n'ont pas été autorisés à creuser de puit sans permission israélienne.

Et ils ne peuvent pas non plus produire leur propre électricité. A une époque, le gouvernement allemand était prêt à donner aux Palestiniens les machines et équipements leur permettant de produire de l'électricité mais les containers dans lesquels cet outillage était transporté ont été retenus dans le port de Haifa par les autorités israéliennes et n'ont pas reçu l'autorisation de déchargement.

Israël a gardé l'équipement pendant 7 mois et finalement, les containers ont été renvoyés en Allemagne. Les Palestiniens ont, pour eux-mêmes, un accès limité à l'électricité et souvent, en plein été, lorsqu'ils en ont un grand besoin, Israël coupe la connexion pendant des heures.

Dans des villages comme Shufa, la ligne électrique passe à environ 100m du village, et cependant les autorités israéliennes refusent de les autoriser à se connecter au réseau. Les habitants du village dépendent donc d'un générateur pour la fourniture de cette ressource de base.

Environ 65% de la population de Tulkarem est au chômage.

Avant la Deuxième Intifada, environ 300.000 personnes travaillaient en Israël. La plupart d'entre eux ont vu leur permission supprimée et n'ont aucun moyen de survie économique.

Ce qui entraîne une spirale descendante dans la région, les gens n'ont aucun moyen de générer un revenu et ont donc moins d'argent à dépenser ; en conséquence, les affaires et les magasins locaux sont touchés au fur et à mesure que le nombre de consommateurs disponibles chute, et leurs revenus sont affectés eux aussi.

Les retraits de permis de travail en Israël n'affectent pas que les individus et leurs familles, leurs conséquences atteignent la société palestinienne toute entière.

* 1 dunum = 1/10è d'hectare = 1000 m²

Source : ISM

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Tulkarem

Même sujet

Colonies

Même auteur

ISM

Même date

17 août 2007