Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1736 fois

Gaza -

Un million et demi de cœurs brisés

Par

Des larmes tombent sur ses mains, des mains qu’il embrassait avant avec passion, sur sa bague de fiançailles, cette bague qu’il avait choisie pour elle, sur ses joues où ont disparu les rougeurs de l’ardeur qui brûlait en elle. L'enterrement est terminé maintenant, son corps est parti, mais son souvenir est aussi vif qu’il l’était hier. Des rêves d'un mariage, désormais inscrits dans l'histoire de nombreux morts, vont au-delà de ce que la réalité peut apporter.

Son nom est Hanaa, ce qui signifie bonheur. Mais, Hanaa ne connaitra pas le bonheur pendant de nombreuses années maintenant, accablée par la mort de son amour perdu, Mohammed, qui a été tué par les FOI alors qu’il se trouvait dans son commissariat de police d’Abu Middeen le 27 Décembre 2008.

Des roses rouges sont jetées sur le cercueil de Mohammed alors qu’il traverse les rues de son quartier. Hanaa, la tête courbée vers le sol, caresse la bague à sa main droite, hoche la tête en acceptant une réalité imposée, une réalité dans laquelle elle n’a eu aucun choix.

C'est le cas de beaucoup de gens ici, dans la bande de Gaza, où l'amour a été visé, où l'intimité a été détruite, où les sentiments sont victimes de la sauvagerie et des massacres. "Nous sommes seulement des chiffres dans les médias», dit Hanan, un étudiant de l'Université Al-Aqsa dans la bande de Gaza. "Mais, derrière les chiffres, il y a des histoires, des amours perdus, des enfances dévastées, attristées."

Alors que je rendais visite à un ami dans sa maison située dans un quartier à l’Est de Jabalia, j'ai vu des lits déchiquetés, avec des trous au centre indiquant qu’ils avaient été visés par des roquettes Apache au cours des vingt deux jours d'attaque contre Gaza.

Puisque nous vivons dans une culture de soi-disant fabrication des «droits de l’homme», alors peut-être que ceux qui ont déclaré ces droits susmentionnés pourraient publier une déclaration d'un droit à l'amour.

"Comment peut-on exprimer les rêves brisés à l'intérieur de soi? Comment peut-on s'exprimer? », Demande le défunt poète syrien Nizar Qabbani dans "Je me suis marié avec Vous, ô Liberté! "Une rhétorique désormais exigée dans les rues de Gaza.

"Il n'ya pas de théâtres, pas de cinémas, pas même de bibliothèques publiques!" Il n'y a même pas le droit d'aller jusqu’à la mer ... pour sentir l'océan. Il y a trois ans, la jeune Huda Ghalyeh est ressortie de la mer après s’être baignée et a trouvé les onze membres de sa famille massacrés sur la plage. Le navire de guerre israélien n'avait pas tiré sur elle car elle nageait loin de l'endroit où sa famille marchait. Huda est sorti de l'eau quand elle a entendu le bruit de la sirène de l’ambulance à proximité et des gens crier à la vue des massacres.

Après trois ans de vie dans ce qui est maintenant décrit comme la plus grande prison collective de l'histoire moderne, Gaza a été transformée en plus grand camp de concentration d'assassinats et de tueries, que beaucoup comparent aux camps de concentrations de Varsovie et d'Auschwitz, qui donnent toujours des frissons à ceux qui se souviennent de la Seconde Guerre mondiale.
A Gaza, où la normalité de l'habitude et de la routine n'existe pas, à Gaza, où la pensée d'une mort à venir vous accompagne, au milieu d'un combat pour maintenir un sens à sa vie.

"Quand une maison est démolie, transformée en ruines, l'amour, la famille n'existent plus ... pouvez-vous me dire à quoi ça sert de vivre?" Demande Firas, 25 ans, qui a perdu tout ça. Il travaille dans une agence de presse locale, et parvient à contrôler sa vie en lambeaux à laquelle il pense sans cesse sous les expressions de son visage d’enfant.

"Les fruits me manquent. Nous n'avions pas de fruits. Mais, après les massacres, ils ont ouvert le passage pendant une journée ou deux pour faire entrer des fruits ... J'ai été écoeurée par les fruits qu'ils (les FOI) ont autorisés à entrer. Je ne veux plus manger de fruits depuis qu’ils ont tué 1500 d'entre nous." M’a dit une jeune femme.

Sur le balcon d'un ami, j’observe le soleil se coucher sur la bande de Gaza. Les yeux de mon ami sont un océan de tristesse. Ses expressions ont changé depuis avant la guerre, maintenant il semble regarder dans le vide, il oublie tout le monde autour de lui.

Quand il plaisante et que nous rions, son sourire retourne au pays de la tristesse et il laisse une façade d'une existence sans expression.
Nous parlons du nombre de morts, mais il y a aussi ces 6000 personnes qui ont perdu une partie de leur corps, qui sont désormais des personnes handicapées. Comment vont-elles vivre le reste de leur vie?
Comment le reste du million et demi de cœurs brisés dans la bande de Gaza vont-il continuer à vivre à une époque où la condition humaine a tellement peu de valeur ?

Lorsqu'on l'interroge sur l'enfer sur terre, ma réponse n'est pas Gaza: L’enfer de Gaza, c'est ... un autre peuple.

Source : http://palsolidarity.org

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Incursions

Même auteur

Natalie Abou Shakra

Même date

10 février 2009