Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1872 fois

Tulkarem -

Un sourire est un acte de résistance

Par

Vu toutes leurs difficultés, les personnes ici sont étonnamment amicales et positives. Quand vous descendez la rue, les gens, presque sans exception, sourient toujours et vous saluent de façon amicale.
De toutes les choses que j'ai entendues aujourd'hui, celle qui m’a le plus stupéfié fut un commentaire de "Sahed" qui a traduit notre entretien avec les femmes de l'Union des Femmes.
Sahed a dit que le sourire par lui-même était un acte de résistance, et qu'ils ne se laisseraient pas aller au désespoir, quoiqu’il arrive.

Je suis arrivé à Jérusalem il y a environ une semaine, pour participer pendant 2 ou 3 semaines à la campagne 2004 de cueillette des olives de l’International Solidarity Movement (ISM). Les pacifistes volontaires de cette campagne travaillent avec les fermiers palestiniens dans un certain nombre de communautés en Cisjordanie .

Après une session de deux jours de formation, 13 autres volontaires et moi sont venus à Tulkarem, qui est à peu près à mi-chemin entre Naplouse et Netanya. Le groupe de volontaires est très disparate – des Américains, des Français, des Anglais et des Suisses et cela va de 20 à 70 ans.


Avant de commencer la formation de l’ISM, j'ai eu deux jours pour voir Jérusalem, que j'avaie eu l’occasion de visiter une fois lors d’un voyage en famille en la terre sainte, il y a presque 25 ans.
C'est un bel endroit et très spécial. Lorsque vous vous promenez dans les anciennes allées étroites de la vieille ville, le sens de l'histoire est extrêmement riche. À Jérusalem, et dans chaque autre endroit que j'ai pour l’instant visité ici, vous voyez tellement d'enfants, qui rient et jouent dans les rues. Ils aiment essayer de me parler en anglais, et je me suis amusé à essayer d’utiliser l’Arabe de mon guide de voyage pour leur parler.


Il y a deux jours, notre groupe a quitté Jérusalem pour Tulkarem, où ils ont commencé à cueillir les olives. La cueillette des olives débute normalement après que la pluie commence à tomber, mais cette année la pluie est tardive et le temps est resté chaud. D'autres régions telles que Jenine n’ont pas commencé la cueillette des olives.


Pour effectuer ce voyage entre Jérusalem et Tulkarem, nous avons dû utiliser 4 modes de transports diférents en raison de tous les checkpoints et barrages routiers qui ont été mis en place par le gouvernement israélien.

Notre première étape nous a emmené à un checkpoint à l’extérieur de Ramallah. Les deux parties du Mur d'annexation se rejoignent à ce checkpoint et bientôt, il y aura une sorte de porte dans cette structure affreuse.
L'autobus que nous avons pris de Ramallah nous a laissés à une porte située à 8 kilomètres de Tulkarem, où nous avons pris des taxis pour effectuer le reste du trajet pour nous amener dans la ville.

Entre Ramallah et Tulkarem, nous sommes passés à proximité de nombreuses colonies israéliennes, dont Ariel, une très grande colonie qui est l’une des principales raisons à l’intrusion aussi profonde du Mur à l'intérieur de la Cisjordanie .

Les parties de cette colonie que nous pouvons voir de la route ressemblent à des quartiers d'une banlieue de Los Angeles transplantée au Moyen-Orient, très étrange pour cet endroit. Les routes menant à ces banlieues soi-disant idylliques sont gardées par des soldats, des tours de surveillance et un bon nombre de fils barbelés.


Aujourd'hui était notre premier jour à Tulkarem, et 8 membres de notre groupe sont allés cueillir des olives avec une famille qui a demandé de l'aide parce qu'elle craint les colons de la colonie d'Avnei Khefets, qui se sont appropriés une partie de leurs terres pour construire leurs maisons, et les menacent parfois quand ils viennent voir leurs oliveraies. Pour ceux qui sont restés, nous avons passé la journée à rendre viste à l'Union des Femmes et à une autre association de la communauté de la ville de Tulkarem.

Puis, en soirée, l’ensemble du groupe est allé au camp de réfugiés de TulKarem, qui se situe à côté de la ville de Tulkarem. 18.000 personnes sont entassées dans ce camp de réfugiés qui a été établi en 1948 pour loger les réfugiés qui se sont sauvés de leurs maisons d’Haïfa et de Jaffa.


Bien que j'aie beaucoup lu au sujet de l’occupation israélienne de la Cisjordanie , voir et écouter les gens ici parler de leurs vies m’a donné une nouvelle dimension de cette crise.
Beaucoup de personnes à qui j’ai parlé m’ont raconté les actes de violence et de privation qu’elles ont subi. C’est en difficile à croire.

Le coordinateur local qui organise ici le travail de cueillette des olives avec les fermiers nous a dit que son père est mort dans leur maison parce qu'il ne pouvait pas être transporté à l'hôpital en raison du couvre-feu militaire.

La femme de son frère a été tuée sous leurs yeux dans la rue devant leur maison par un tireur isolé de l’armée israélienne qui, lorsqu’il a examiné le corps, s’est excusé en disant qu’il ne s’agissait pas de la personne qu’il visait.
C'est juste un exemple de ce que j'ai entendu, chaque personne ici a une histoire identique à raconter.


Vu toutes leurs difficultés, les personnes ici sont étonnamment amicales et positives. Quand vous descendez la rue, les gens, presque sans exception, sourient toujours et vous saluent de façon amicale.
S’ils n’avaient pas une énergie aussi forte, je ne pense pas qu'ils auraient pu supporter l’occupation aussi longtemps devant autant d'adversité.

De toutes les choses que j'ai entendues aujourd'hui, celle qui m’a le plus stupéfié fut un commentaire de "Sahed" qui a traduit notre entretien avec les femmes de l'Union des Femmes.

Sahed a dit que le sourire par lui-même était un acte de résistance, et qu'ils ne se laisseraient pas aller au désespoir, quoiqu’il arrive.


Source : www.palsolidarity.org

Traduction : MG pour ISM-France

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Tulkarem

Même sujet

Cueillette des olives

Même auteur

Jeff

Même date

27 octobre 2004